Innovation : des chercheurs de Gembloux Agro-Bio Tech (ULiège) développent un produit à base d’huiles essentielles pour remplacer le glyphosate

Photographie: 

Depuis plus de 150 ans, Gembloux Agro-Bio Tech, une faculté de l'Université de Liège, s'est imposée comme véritable pôle d'expertise dans le domaine des sciences du vivant et de l'ingénierie biologique, en témoigne sa nouvelle découverte.

La découverte des chercheurs de Gembloux Agro-Bio Tech est majeure au niveau environnemental : ils ont développé 3 produits performants et biologiques pour remplacer le glyphosate. Il s’agit de solutions à base d’huiles essentielles qui ont été fortement diluées mais qui restent efficaces pour tuer les mauvaises herbes.

10 années de recherche

Pour arriver à ce résultat, des années de travail ont été nécessaires en laboratoire. Et comme la plupart du temps dans le secteur de la recherche, cette découverte a bénéficié d’un coup de pouce du destin. "On a toujours eu le souci de développer des méthodes alternatives aux pesticides chimiques. Et quand on a commencé les recherches en 2010 sur les huiles essentielles, on n’avait pas anticipé que le glyphosate allait poser problème des années plus tard. Et il se fait que fortuitement, nous sommes prêts", explique Haïssam Jijakli professeur en phytopathologie et en agriculture urbaine à la Faculté de Gembloux de l’Université de Liège.

Une révolution pour l’agriculture

Cette alternative au glyphosate représente une véritable  révolution pour l’agriculture car le produit généralement utilisé pour bannir les mauvaises herbes, le roundup, sera bientôt interdit dans l’Union européenne. Du côté de la Fédération Wallonne de l’Agriculture, la nouvelle est bien accueillie. Une levée de fonds est en cours et une spin-off sera créée fin de l’année. Prochaine étape : ces herbicides naturels devront être homologués avant d’être commercialisés.

Gembloux Agro-Bio Tech

Gembloux Agro-Bio Tech est une faculté à taille humaine reconnue internationalement pour la qualité de son enseignement et l’excellence de ses recherches. Cette renommée attire plus d'un millier d'étudiants issus d'une quarantaine de pays.

La faculté forme des universitaires et des ingénieurs capables de répondre aux attentes de la société dans les domaines de la protection de l'environnement, de la production, de la transformation et de la valorisation des bio ressources.